Menu

The Binding of Isaac : Afterbirth – Lorsque Labyrinthe et Religion se rencontrent …

Dans une petite maison au sommet de la colline, la vie est simple : tandis que vous vous amusez tranquillement avec vos jouets en bois, votre mère, confortablement installée sur son fauteuil, regarde avec attention la télévision chrétienne. Alors que tout semble aller pour le mieux, la femme reçoit un message télépathique de la part du Seigneur. Celui-ci lui révèle que vous, Isaac, son fils unique depuis la tragique mort de votre sœur Maggy, êtes démoniaque. Pour assouvir la volonté du Seigneur, il n’existe guère d’autres options que de vous tuer, après vous avoir dépossédé de tous vos biens. Fort heureusement, grâce à un trou dans votre porte, vous êtes témoin de la scène et ne voyez de votre mère plus que l’image d’une psychopathe munie d’un couteau. Pris de panique, vous emportez avec vous une bible et retirez le tapis au milieu de votre chambre, révélant une étrange trappe menant en de sombres abîmes. 

Piégé dans le Basement, une sordide cave ensanglantée emplie de monstres vous ressemblant, comme tout droit sortis de votre imagination, vous voici à inspecter chaque rocher, chaque vase, à la recherche de bombes, de clés et de cœurs pour espérer progresser et survivre dans ce labyrinthe ne souhaitant qu’une seule chose : votre mort, le tout dans une ambiance Pixel-Art fait main, sous les directives d’Edmund McMillen, créateur de Gish et Super Meat Boy.

Vous n’êtes cependant qu’un enfant nu naviguant dans un océan de sang et de caca (nous parlerons beaucoup de caca lors de cet article), et si les designs de Basement, Caves et Depths sont bien agréables à l’œil, il en résulte une atmosphère glauque et surprenante, qui saura vous atteindre aussi brutalement que les larmes ensanglantées et les puissants lasers de vos adversaires qui n’hésiteront pas à vous piéger dans un couloir pour vous exploser au visage. Rassurez-vous ! Dans cet étrange lieu, vos peurs sont votre plus puissant atout … alors pleurez, pleurez sans craindre de sécher vos glandes lacrymales, car chacune de vos larmes est une larme mortelle, telle l’eau bénite conjurant le démon ! Ne songez pas-même à remonter, car « Mother » est plus effrayante et remontée contre vous que tout ce qui vous agresse, et descendre jusque dans les bas-fonds des enfers semble une entreprise moins périlleuse que de retrouver le confort de votre chambre.

Au fait … aviez-vous remarqué ce coffre doré ?

spoilers !

QUELQU'UN A DIT CACA ?

QUELQU’UN A DIT CACA ?

UN PARI OSE DE LA PART DE McMILLEN ET HIMSL. 

Créer un jeu dont les maîtres mots sont la perversion et la religion tout en réussissant à établir un contrat de partenariat avec de puissantes firmes comme Sony ou Nintendo est un exploit uniquement rendu possible grâce à l’influente et présente communauté rassemblée autour d’un Indie Game qui a eu un peu de mal à creuser son trou. The Binding of Isaac : Afterbirth est l’excellent DLC de The Binding of Isaac : Rebirth, lui-même refonte ultime du premier opus de la série « The Binding of Isaac ». – Techniquement ils sont tous le premier opus mais bon. –

Parmi la multitude de personnages jouables et déblocables au fil de l’aventure, vous incarnez en premier lieu Isaac, qui ne possède aucun attribut particulier à l’inverse de ses camarades. Explorant des salles emplies d’ennemis, de pièges, voire d’énigmes, dans un style « Rogue-Like » 2D en vue de dessus, aux effets visuels très cartoons et à la difficulté bien présente, ne vous laissez pas amadouer par l’aspect visuel et la sympathie qu’apportent les sourires des cadavres réanimés à votre image et autres mutants bondissants (coucou Monstro). Trois modes de jeux pimentent votre aventure sous ton de « Die and Retry » dans ce labyrinthe changeant à chaque lancée de partie : Normal, Hard, Greed. Les modes Normal et Hard ajustent ou rehaussent la difficulté, ce qui permet à tout débutant en Rogue-Like de se faire la main. Inutile de paniquer si votre win-streak est dans le négatif, chaque joueur, même le plus confirmé, est forcément passé par là un jour.

Protip : Tuer un certain boss avant 20 minutes de jeu sur une Run débloque le « Boss Rush ». Intrigués ? Essayez-donc d’aller le plus vite possible !

Le mode Greed vous permet d’affronter de puissantes vagues d’ennemis, ponctuées de boss aux couleurs des salles que vous traversez. Comme son nom l’indique, le mode « Greed » vous permet d’accumuler le plus de pièces possibles à investir en pouvoirs et en équipements dans le but de terrasser vos adversaires de plus en plus efficacement, mais gardez-vous bien de conserver assez de pièces pour alimenter la Greed Donation Machine, car une belle surprise pourrait bien vous attendre au-delà des 900 pièces …

Votre seule raison de faire le Greed Mode. La mienne en tout cas. :)

Votre seule raison de faire le Greed Mode. La mienne en tout cas. 🙂

 « YES MOTHER!? » 

Descendre les étages de la plus grande cave du monde est une entreprise complexe, et face aux ennemis de plus en plus forts ainsi qu’aux boss aux barres de vies paraissant infinies, vos seules larmes ne suffiront pas à défaire vos adversaires. Pas de panique, car on se sert aussi d’une cave pour stocker tout ce que l’on n’a pas envie de voir traîner dans la maison ! Grâce aux objets, cadavres de nouveaux-nés animés par la force de votre volonté, nouveaux pouvoirs et cartes de tarot qui se présenteront sur votre chemin, rien ne saura vous résister. Ramassez autant de clés, de bombes et de pièces que possible, vous ne saurez jamais à l’avance si un rocher bleu, un caca en or, une salle secrète ou un bandit-manchot apparaîtra à la prochaine salle que vous traverserez. The Binding of Isaac est un jeu à succès. Il n’y a rien de plus enivrant que de tenter de déverrouiller la totalité d’entre eux, soit plus de 250, car nombre de ces trophées débloquent du contenu In-Game, ce qui vous permet de trouver le jeu moins répétitif en accumulant des personnages aux mécaniques spéciales ou complexes ainsi que des combinaisons de pouvoirs ou d’objets (Brimstone et Tammy’s Head vous saluent). Atteindre le 1001% soit le succès ultime après le très célèbre « Real Platinum God » vous demandera des heures et des heures de destruction massive de monstres et de descente aux enfers, mais avant même de vous en rendre compte, vous aurez facilement accumulé plusieurs dizaines, voire centaines d’heures de jeu pour les plus acharnés.

Si le Greed Mode et le Basement ne vous suffisent plus, The Binding of Isaac : Afterbirth propose une trentaine de challenges aussi originaux que corsés et nécessaires pour obtenir le Real Platinum God tant souhaité.

Il vous faudra bien quelques power-ups pour venir à bout de ces mecs-là.

Il vous faudra bien quelques power-ups pour venir à bout de ces mecs-là.

UN BACKGROUND TRÈS PEU RÉVÉLÉ LAISSANT PLACE A L’IMAGINATION D’UNE COMMUNAUTÉ.

L’univers de The Binding of Isaac est centralisé sur les personnages d’Isaac et de Mother, mais de très nombreux éléments, implicites ou révélés par les multiples fins alternatives qu’offre le jeu, permettent aux fans de théoriser sur l’aspect malsain mais étrangement attachant du lore. Vous êtes plutôt Maggy ? Azazel ? Votre personnage n’est pas qu’une banale copie chevelue d’Isaac, il s’agit de bien plus que cela …

Personnalités multiples, frères et sœurs cachés, et mêmes réalités alternatives sont au centre des débats où Dieu et Satan sont maîtres du background et de chaque direction prise par le joueur mais aussi par Isaac lui-même. Très active, la communauté de The Binding of Isaac donne son point de vue sur l’univers de notre chérubin démoniaque par le biais de multiples Mods modifiant objets, gameplays, musiques et graphismes du jeu. The Binding of Isaac : Afterbirth est un jeu se voulant complet tout en laissant une petite dose de personnalité à ses joueurs et ses fans. Une touche volontaire laissée par McMillen et caractérisée par le prochain DLC à sortir, comprenant entre autres un éditeur de niveau.

On ne peut que se dire qu'il y a plus qu'une simple sélection de personnages ...

On ne peut que se dire qu’il y a plus qu’une simple sélection de personnages …

EN CONCLUSION : 

Je n’ai que rarement été autant touché par un Rogue-Like, et pourtant j’en ai fait.

Ici, on ne parle pas d’un bête jeu, mais bel et bien de tout un univers clair-obscur et osé, qui a su se démarquer et briser de nombreux codes pour se hisser au sommet de l’Indie Game en compagnie de tant d’autres titres. Pari gagné pour McMillen, dans un 2015/2016 où on saurait aisément confronter The Binding of Isaac avec le très hype Undertale, lui-même pilier de l’Indie de notre génération. (en plus y a un mode qui réunit les deux jeux !) – Il est inutile de vous cacher à quel point le jeu peut se retrouver difficile, sournois et tordu, mais celui-ci saura vous empoigner et vous donner envie de recommencer encore et encore jusqu’à connaître la courte mais passionnante vie du jeune Isaac jusqu’au bout des ongles.

The Binding of Isaac : Rebirth ainsi que l’extension Afterbirth sont respectivement à 14,99 euros et 10,99 euros sur Steam, wii U, Nintendo 3ds et PS4.

ATTENTION ! L’extension Afterbirth n’existe pas encore sur console.

No comments

Laisser un commentaire

Why ask?

Discord

Rejoignez nous sur Discord!